Trouver un Job dans un écosystème riche d'opportunités ...

Au fur et à mesure que les nouvelles technologies évoluent, le System z IBM est plus que jamais un atout majeur et capital pour beaucoup d’entreprises dans le monde. 

IBM investit toujours et encore dans les solutions System z qui offrent des possibilités de plus en plus performantes pour assurer la production informatique dans les entreprises. 

Aujourd’hui, les entreprises font toutes le même constat, les compétences se raréfient dans leurs équipes et toutes les entreprises sont à la recherche d’une solution pour recruter les profils qui seront :

  • les prochains développeurs,
  • les prochains ingénieurs de production,
  • les prochains ingénieurs system, 

afin de continuer de profiter de la disponibilité et de la sécurité qu’offrent les System z d’IBM.

Diplômé - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

Vous êtes jeune diplômé (BAC+5 ou plus) ou motivé par un projet de reconversion avec une première expérience, nous vous accompagnons pour saisir une de ces nombreuses opportunités.

Find a Job - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

Afin de vous permettre d’apprécier l’importance de l’écosystème Mainframe dans le monde, nous vous proposons de découvrir cette architecture au travers de son histoire …

Il était une fois ... Une histoire de Mainframe …

Novembre 2018

z, Mainframe, ce « gros ordinateur central », il est aisé de retrouver un certain nombre d’autres dénominations toutes aussi légitimes et courantes comme :

  • Legacy,
  • Système Central,
  • z/OS,
  • MVS,
  • zSeries

Mais aussi un nom : International Business Machine (IBM), le seul actuellement encore en mesure de proposer des machines garantissant 99,999% de disponibilités, d’une performance inégalée à ce jour (hors devenir des machines quantiques et de certains produits spécifiques). Le z/OS est tout particulièrement performant pour les traitements par lot (ou Batch), ouvert sur le monde extérieur sans restriction et aux derniers faits de la sécurité et de la cryptographie. Et tout cela en occupant une surface d’à peine 1mau sol !

IBM z14 - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

Les moins informés ont souvent tendance à l’appeler “Dinosaure” ! S’ils savaient !

A l’heure de la digitalisation, de l’instant payement, de l’IoT, des règlementations de type Bale, etc … Rien n’arrête les ingénieurs d’IBM pour améliorer sans cesse tant les systèmes d’exploitations du Mainframe (z/OS et Unix Services) que les processeurs génériques et dédiées (ZIIP, ZAAP, Coprocesseur cryptographique), les boitiers gérant les accès disques, bref le hardware, le microcode associé et toutes les gammes de logiciels …

D’ailleurs depuis le 21ème siècle IBM parle de machine Hybride tant les limites ont été repoussées et à même de gérer de nombreux systèmes d’exploitations tiers. Le dernier exemplaire en date est l’IBM z14, le meilleur modèle produit jusqu’ici à même de traiter tous les nouveaux défis de la digitalisation des Entreprises :

  • Sécurité des traitements et transports des données cryptées de bout en bout
  • Cloud compliant
  • BigData compliant
  • Résilient

Pour les amateurs, au sens noble du terme, IBM propose un équivalent pour Linux avec l’EMPEROR Linux One, un Mainframe dédié à Linux à même de remplacer des dizaines de milliers de serveurs toujours en occupant une surface au sol très réduite !

IBM LinuxOne Systems - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

Fiabilité, Performance et Sécurité sont les trois piliers depuis toujours des Mainframes IBM.

Mais de quoi parlons-nous ? Mainframe, Mainframe IBM, Mainframe z/OS, … ?

L’une des définitions basique peut être : « Un ordinateur central (mainframe computer), est un ordinateur de grande puissance de traitement et qui sert d’unité centrale à un réseau de terminaux. » (Source Wikipédia).

Un ordinateur central fonctionne selon un modèle centralisé, contrairement aux modèles répartis ou distribués.

Formulé autrement ce sont des milliers (voire des millions) de terminaux (d’un pc à n’importe quel type de « device » du marché) qui se connectent sur une seule machine. A titre d’illustration, le traitement d’une transaction d’une carte bancaire est très majoritairement effectué sur un Mainframe. Avec une moyenne, en France, de plus de 400 transactions par seconde cela représente un volume de 12,6 milliards de règlements en 2016. 

IBM a récemment introduit une nouvelle génération de Mainframe, le z14, un ordinateur capable de gérer plus de 12 milliards de transactions chiffrées par jour !

Avant d’aborder quelques éléments marquants de l’Histoire du Mainframe, voici un calendrier express synthétisant l’aventure IBM et un peu celle du Mainframe :

1880 – Début de l’histoire d’IBM … L’époque des machines à tisser et autre industrialisation de masse

1924 – Création officielle d’IBM – International Business Machines (corporation). Les origines : la société est née le 16 juin 1911 de la fusion de la Computing Scale Company et de la Tabulating Machine Company sous le nom de Computing Tabulating Recording Company (CTR). Celle-ci a changé de nom pour devenir International Business Machines Corporation le 14 février 1924. On lui prête le surnom de Big Blue en référence au bleu sombre, couleur longtemps associée à l’entreprise. Dans les années 1970 et les années 1980, IBM était la première capitalisation boursière au monde.

1946 – Première machine à calculer

1956 – Création du Fortran

1959 – Création de Speak UP, premier logiciel de Tchat pour favoriser l’échange entre les employés et leur encadrement (Link/Skype !)

1966 – IBM researcher Robert H. Dennard invente Dynamic Random Access Memory (DRAM)

1968 – Création de CICS = Moniteur de traitement temps réel dont les premières sociétés à l’adopter ont été La Bourse et le PMU

1969 – IBM computers and personnel help NASA put the first men on the Moon

1972 – Création de VM/370, premier système de virtualisation de systèmes

1980 – Naissance du PC – Guerre annoncée Apple vs IBM

1983 – Naissance de DB2 – Gestionnaire de base de données relationnel offrant des capacités de stockage importantes

2011 – WATSON la première IA rivalisant avec un être humain et gagne le jeux Jeopardi contre des hommes

IBM n’est pas avare de technologies et détient régulièrement la première place du nombre de brevets déposés chaque année. Ainsi IBM a historiquement contribué à participer à la naissance d’ORACLE, d’Eclipse, Dojo (http://www-03.ibm.com/ibm/history/history/history_intro.html).

Un Mainframe permet de faire fonctionner de façon simultanée plusieurs sessions d’un système d’exploitation ou même de systèmes d’exploitation différents. Ainsi la virtualisation IBM est une invention qui est tout sauf récente, les premières versions étant apparues en 1960 !

A propos de date, remontons le temps et listons ci-après les principales étapes qui ont conduit IBM à devenir ce qu’il est en tant que constructeur d’ordinateurs de grande capacité. Si l’origine même des machines à calculer remonte environ à l’époque de la machine de Pascal, il a fallu plusieurs siècles et des avancées technologiques majeures pour parvenir aux premiers Mainframe. Comme bien souvent ce sont les guerres qui ont contribués aux bonds technologiques et/ou des décisions politiques comme celle d’envoyer des hommes sur la lune. Ce fut le cas pour les bases du Mainframe via des super calculateurs …Comme celui qui a permis de décoder le code allemand Enigma.

1930 – Enigma et Alan Thuring

Composée d’un clavier, de 26 lampes pour représenter l’alphabet et généralement de 3 rotors, l’Enigma était destinée à l’origine à crypter des documents d’affaires.

Petite anecdote : Les services secrets allemands ont récupéré tous les exemplaires et en ont considérablement amélioré le modèle commercial pour leurs besoins !

Les Polonais, tout d’abord, ont étudié le principe et commencé à développer des solutions capables de décoder les messages cryptés. Ces travaux seront récupérés par le “British Government Communication Headquarters” basé à Bletchley Park où Alan TURING créera une machine “la bombe” (on pense que ce nom vient du bruit des relais et contacteurs produit durant les calculs) pour permettre de tester rapidement les combinaisons possibles et « craker » le code allemand.

Machine de Turing - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1938 – Z1, premier calculateur à relais par Konrad ZUSE.

D’abord nommé Versuchmodell I, il a été construit dans la salle à manger des parents ZUSE et utilisait des vieilles pellicules de cinéma 35mm en guise de bandes.

Versuchmodell I - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1939 – ABC, par John ATANASOFF et Clifford BERRY. M

Ce calculateur, a été le premier à utiliser le système binaire et était capable de résoudre des équations à 29 variables. Sa vitesse d’horloge était de 60Hz ; il faisait 1 multiplication à la seconde. Sa mémoire était de 60 mots de 50 bits.

ABC - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1941 – Z3, par Konrad ZUSE.

Composé de 2600 relais, d’un lecteur de bandes et d’une console pour l’opérateur, sa mémoire pouvait contenir 64 nombres de 22 chiffres exprimés en virgule flottante. Il réalisait une multiplication en trois à cinq secondes.

Z3 - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1943 – ASCC ou Harvard MARK 1 par Howard AIKEN

Cette machine, construite en collaboration avec IBM, utilise un principe inspiré par les travaux de Charles BABBAGE. Composée de 765 299 éléments, elle pesait 5 tonnes et avait besoin de plusieurs tonnes de glace par jour pour la refroidir. Ses performances et sa fiabilité étaient remarquables mais elle ne pouvait effectuer aucun saut conditionnel.

ASCC ou Harvard MARK 1 - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1943 – Colossus I M

Composé de 1 500 lampes et d’un lecteur de bandes capable de lire 5 000 caractères à la seconde, ce calculateur électronique anglais a été conçu pour décoder les messages chiffrés par la machine de Lorentz Allemande qui était un téléscripteur doté de rotors (utilisant un principe assez proche de l’énigma).

Colossus I M - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1946 – ENIAC, par John ECKERT et John MAUCHLY M

ENIAC ou Electronic Numerical Integrator and Computer

Commandé par l’armée des États-Unis en 1943 pour effectuer les calculs de balistique, il remplaçait 200 personnes chargées auparavant de calculer les tables de tir. Il occupait 23 m³, pesait 30 tonnes, coûtait un demi-million de dollars et consommait presque 200 kilowatts. Il était aussi composé de 70 000 résistances, 10 000 condensateurs, 1 500 relais et 6 000 commutateurs manuels. Bien qu’avec 17 468 lampes, il y eut plus de 19 000 changements durant sa carrière de 9 ans, il faut souligner cette fiabilité exceptionnelle pour l’époque.

ENIAC - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1948 – IBM SSEC, par Wallace Eckert M (Selective Sequence Electronic Calculator)

Ce calculateur composé de 20 000 relais et de 12 500 tubes a servi pour le calcul de tables de positions de la lune mais a surtout été une vitrine technologique (il était d’ailleurs visible par le public) pour IBM.

EDVAC, premier calculateur à programme enregistré de John Von NEUMANN M (Electronic Discret VAriable Computer)

C’est le descendant direct de ENIAC. Il est composé de 4000 tubes et sa capacité mémoire est de 1024 mots de 44 bits.

IBM SSEC - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1948 – Manchester Mark 1 (ou Ferranti Mark I) M

Bâti sur des plans de John Von NEUMANN par une équipe Anglaise, ce prototype est le premier à disposer d’une unité de commande interne et à suivre un programme enregistré. C’est sur cette machine de 1300 tubes qu’est utilisée pour la première fois la mémoire à tubes Williams.

Manchester Mark 1 ou Ferranti Mark I M - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1949 – EDSAC, par Maurice WILKES M (Electronic Delay Storage Automatic Computer)

Cet ordinateur numérique et électronique est basé sur l’architecture de John Von NEUMANN. Composé de 3000 tubes et consommant 30KW, il utilise une mémoire de type “lignes de retard à mercure”. Il s’agit d’une machine parfaitement opérationnelle qui a été construite dans un laboratoire de l’Université de Cambridge en Angleterre.

EDSAC - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1951 – UNIVAC, par John ECKERT et John MAUCHLY M (UNIversal Automatic Computer)

Il utilise des bandes magnétiques en remplacement des cartes perforées. Il est composé de 5000 tubes, sa mémoire est de 1000 mots de 12 bits, il peut réaliser 8333 additions ou 555 multiplications par seconde. Sa superficie au sol est de 25m². Sa construction aura duré 5 ans et coûté plus d’un million de dollars.

UNIVAC - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1951 – Whirlwind 1er ordinateur "temps réel"

Whirlwind - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1955 – Premier calculateur transistor : TRADIC

TRADIC - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1960 – PDP-1 (Programmed Data Processor)

C’est le précurseur des “minis”. Vendu pour $125 000 (une fraction du coût d’un ordinateur de l’époque) et livré sans logiciels, il était plutôt ciblé pour les scientifiques et les ingénieurs.

PDP-1 - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1959 – IBM 1401 M

Utilisant des transistors et des mémoires à tores de ferrite, la version haut-de-gamme était fournie avec un générateur d’applications (RPG) destiné à en faciliter l’utilisation, cet ordinateur a marqué une étape dans l’ère de la comptabilité (la version de base se programmant en assembleur (SPSS). L’imprimante (1403) associée était d’une rapidité exceptionnelle (600 lignes par minutes !). IBM avait tablé sur un millier de ventes… Plus de 12 000 exemplaires seront vendus.

IBM 1401 M - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

1964 – IBM System/360 M – L’ancêtre des Mainframes et clef de voute de l’informatique moderne.

Alors que tous ces ordinateurs utilisaient des architectures et logiciels incompatibles entre eux, IBM décida d’investir plusieurs millions de dollars et de développer une gamme entièrement nouvelle : 6 ordinateurs et 44 périphériques, ayant des capacités différentes mais tous compatibles entre eux. La technologie utilisée, loin d’être innovante, était transistors et mémoire à tores.

IBM 360 - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

Les modèles IBM 370, lancés 5 ans plus tard, seront compatibles et intégreront un système d’exploitation gérant la mémoire virtuelle et le temps partagé. Ils seront construits avec des circuits intégrés et des mémoires à semi-conducteurs.

IBM 370 - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

A l’aube de l’an 2000 apparaissent les premiers IBM Série z. Le premier d’entre eux étant le z900 (le z800 étant dédié à Linux…déjà !). Le cœur du système s’ouvre sur une architecture 64 bits.

IBM Serie z - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

Suivrons pléthore de modèles de la gamme déclinés selon des caractéristiques toujours plus performantes …

Le Mainframe … Une histoire de génération …

Une autre façon d'aborder l'histoire des Mainframe IBM …

Illustration Mainframe IBM - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

Une autre façon d’aborder l’histoire des Mainframe IBM est de se pencher sur l’évolution de l’électronique. Des contacteurs en passant par les tubes à vide, les transistors, les microprocesseurs et demain la lumière (ordinateurs quantiques), plusieurs générations de machines sont apparues. En pratique, pour définir la génération cela se résume en des types de logiciels :

  • Première génération (1940 à 1960) : codage machine direct en binaire
  • Deuxième génération (1956 à 1963) : langage assembleur
  • Troisième génération (1963 à 1971) : langages évolués (Fortran, COBOL, Simula, APL, etc)
  • Quatrième génération (1971 à la fin des années 1980) : langages évolués de deuxième génération comme Pascal et C++, dit « structurés », apparition des langages « Objets » et langages d’interrogation de très haut niveau comme SQL 
  • Un projet de cinquième génération japonaise avait été lancé au tout début des années 1980. Il devait être articulé sur les moteurs d’inférence et le langage Prolog, mais en dépit de budgets importants le projet n’a pas aboutit.

On peut aussi considérer que la notion de « générations » est un concept marketing et n’a aucun intérêt historique : il ne tient compte ni des technologies de mémoire (tambours magnétiques, tores de ferrite, …), ni des périphériques, ni de l’évolution du logiciel. Surtout, il n’explique pas la logique de développement de ces techniques … Quoique !

Actuellement, il faut considérer que la majorité des ordinateurs relèvent toujours de la “quatrième génération” … La plus longue de toute en attendant l’avènement des ordinateurs quantiques dont les développements monopolisent la communauté scientifique (mathématiciens, physiciens, …), les Etats, experts de la sécurité, militaires, philosophes, etc.

Enfin, en guise de conclusion et pour illustrer les usages des Mainframe IBM dont nous avons parlé, voici quelques éléments clefs de compréhension des enjeux et des familles d’utilisateurs du monde IBM Mainframe. A la lecture de ces quelques chiffres vous serez à même de comprendre pourquoi les sociétés des Fortune 500 réinvestissent dans ce bon vieux z/OS depuis deux ans.

Still use IBM's Mainframe - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM
Le Monde repose sur le Mainframe - zEriodes L'Ecole du Mainframe IBM

En savoir plus / Sources IBM Mainframe

8 commentaires

Francois Dumont · 5 février 2019 à 13 h 52 min

IBM France recrute des consultants juniors ou expérimentés, avec une expérience significative sur DevOps ou Mainframe. Leur mission : accompagner nos clients IBM Z pour réaliser la convergence des pipeline DevOps des filières mainframe / distribué en utilisant une combinaison de solutions open-source (Git, Jenkins, Artifactory ….) et IBM (Z Open Development, Dependency Based Build, Groovy on Z, Urban Code Deploy etc.). Voir l’offre ci-dessous https://lnkd.in/dwdMd5j! ainsi que cette vidéo : https://lnkd.in/dbpijZ8

    zeriodes · 5 février 2019 à 14 h 47 min

    Bonjour,
    C’est une très belle opportunité pour des jeunes qui souhaitent faire leurs premiers pas sur DevOps … Nous allons relayer cette offre sur nos pages Facebook et Linkedin ainsi qu’auprès de nos écoles partenaires.

Landry · 18 janvier 2019 à 20 h 25 min

Je suis élève ingénieur en troisième année, je n’ai jamais entendu parler de ces systèmes à l’école ? A vous lire, il y a un avenir pour un futur ingénieur informatique
Comment fait-on pour déposer une candidature ?

    zeriodes · 18 janvier 2019 à 22 h 50 min

    Bonsoir,
    Je vous invite à prendre contact avec notre service RH qui vous donnera toutes les informations sur les opportunités d’intégrer un de nos plans de formation.
    Pensez à leur transmettre votre CV en même temps.
    Vous pouvez les contacter par mail à l’adresse candidature@zeriodes.com

Tavernier · 3 décembre 2018 à 13 h 20 min

L’incomparable histoire de cette machine aurait pu inspirer Antoine de St Exupéry
“Nous n’héritons pas du Mainframe de nos anciens, nous l’empruntons à nos jeunes…”
L’histoire continue donc et pour se moderniser se réinventer le Z aura besoin de nouveaux talents
le Z aura besoin de vous.
LT responsable IBM Center Econocom ICS

    zeriodes · 6 décembre 2018 à 10 h 37 min

    Sans le savoir, nous sommes tous connectés à un Z, avec sa carte bancaire, avec un billet de train ou un billet d’avion, dans nos voitures (et oui, les applications embarquées des véhicules du Groupe PSA par exemple, sont en grandes parties des applications qui ont leurs sources hébergées sur des machines Linux dans un System Z IBM …) et c’est ce qui fait de cette infrastructure une solution utilisée par toutes les plus grandes entreprises dans lesquelles les opportunités de carrière sont nombreuses …
    Pour en savoir plus sur cette solution qui est toujours et encore une solution d’avenir :
    https://www.ibm.com/fr-fr/it-infrastructure/z

Jean Marc Luce · 25 novembre 2018 à 17 h 54 min

Merci et bravo pour un article très complet et directement partageable !

    zeriodes · 25 novembre 2018 à 20 h 01 min

    N’hésitez pas à partager le lien avec le plus grand nombre de vos connaissances, nous travaillons depuis nos débuts à renforcer les équipes de nos clients avec de nouvelles compétences …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *